Retour sur la gelée noire du 8 avril 2021

Chateaux Famille Fabre

Réveil le 8 avril

Le 8 avril, après une courte nuit sur MetéoCiel à zapper entre les 5 locations des Domaines Fabre, nous nous réveillons sonnés. Triste matin, la route sera longue vers le millésime 2021. Le gel a sévi: les températures sont descendues jusqu’à -6, négatives dès 2 heures du matin à la Courtade. Luc, Gasparets et Cruscades frôlent les -3 à 5h, Rieux-Minervois un peu épargné autour de -1. Les zones gélives en bord de rivières sont autant touchées que les hauts de collines. Du jamais vu de vie de vignerons, sur 2, même 3 générations. 80% de perte. Dur de voir le travail d’un millésime partir si vite, si tôt.

Et maintenant?

Attendons quelques semaines avant d’évaluer les volumes que nous pourrons récolter, cette année plus que jamais avec humilité. Il continue à faire très froid pour un mois d’avril: encore 3 semaines avant le dernier saint de glace pour le Languedoc: saint Jean Porte Latine le 6 mail, qui coincide avec la fin de la Lune Rousse, et marque la fin des période de gel. Nous essaierons ensuite de nous faire aider de voisins vignerons plus chanceux que nous, afin de satisfaire nos clients existants.

Point global

Des terroirs gelés jusqu’à 350m d’altitude, des pertes colossales, le vignoble du Languedoc est particulièrement touché par l’épisode de gelée noire de la semaine dernière.

La carte publiée par la Chambre d’Agriculture du Languedoc résume bien la situation : sur l’ensemble des appellations, le rouge domine. Une couleur plus ou moins foncée qui souligne l’ampleur du désastre pour nombre de vignerons. Avec le gel dans la nuit du 7 avril, les pertes vont jusqu’à plus de 80 % dans certains secteurs. Ainsi, dans l’Hérault, 100 % des surfaces viticoles (soit environ 80.000 hectares) gelées, avec des zones relativement préservées comme le Haut du Minervois qui n’a été impacté “que” à 30 % tandis que La Livinière a été épargnée. Une appellation qui fait figure de privilégiée dans le Languedoc.

En revanche, dans les Corbières, la situation est bien moins rose.  Cela concerne aussi bien les IGP (indications géographiques protégées) que les AOC (appellations d’origine contrôlées) cela posera un problème de qualité car même les plus beaux terroirs sont touchés». Une première dans la région pour certains vignobles, qui ne sont habituellement pas gélifs : les terroirs préservés d’altitude ont gelé jusqu’à 350m, tandis que les cépages précoces ont été particulièrement vulnérables, quelle que soit l’appellation.

Apport en azote: un cycle gagnant pour le sauvignon

Grande Courtade Instant blanc

Nous créons de l’engrais vert, c’est à dire que nous semons des plantes entre les rangs de vigne (sauvignon), qui sont choisies pour leurs bienfaits sur le  sol et non pour être récoltées. Le pois est une des diverses variétés utilisées, souvent en association avec des graminées (seigle, avoine, orge), des légumineuses  (trèfle, féverole, vesce, fénugrec), et des crucifères (colza, moutarde).

L’engrais vert en action pour le Sauvignon !

Cette année, nous utilisons un mélange d’avoine et de pois  à raison d’un rang sur deux dans nos parcelles de sauvignon blanc. Les principaux atouts de ce travail sont la structuration du sol (les racines ameublissent la terre de l’inter-rang), la fertilité minérale (les crucifères rendent assimilable la potasse pour la vigne) et l’enrichissement du sol en azote (les légumineuses fixent l’azote atmosphérique).

Nous remarquons dans la dégustation de l’instant blanc Grande Courtade 100% sauvignon, que les arômes thiolés (citron) sont favorisés par l’apport en azote. En effet notre vin est très riche en thiol. Nous retrouvons aussi des arômes de pomelos, fruits exotiques, un vin très typé. La boucle est bouclée!

Après avoir profité des bénéfices apportés par la croissance de la plante, nous la broyons pour obtenir un couvert végétal naturel. Et ainsi, restituer sa matière organique au sol. Nous utilisons le plus souvent un rolofaca qui pince et couche les plantes pour qu’elles sèchent au sol et se dégradent plus lentement. Il est important d’agir assez tôt pour que les besoins en eau du semis n’entrent pas en concurrence avec la vigne. Cela permet aussi d’éviter les risques de gel de la vigne accrus si l’herbe est haute. Tout est une question d’observation attentive de la nature, et de travail à son rythme, chaque année différent.

L ‘azote intervient dans la vigueur de la plante. Elle ne doit pas être stressée pour produire des notamment les thiols. La présence de pois permet donc d’éviter les carences en azote et de préparer au mieux la vigne.

Si l’apport n’est pas correct, avec un for ensoleillement, et pas assez de feuillage, nous ne pourrions pas obtenir les armes thiolés tant recherchés sur notre sauvignon : pomelos, fruits exotiques etc.. et in fine la fraicheur!

Donc ces bandes enherbées sont utiles, comme la surface foliaire et l’irrigation si nécessaire, pour éviter un stress hydrique et manquer de fraicheur.

Grande Courtade Instant Blanc Sauvignon
Grande Courtade Instant Blanc Sauvignon

Le HVE, kesako? Un engagement delà du bio pour la Famille Fabre

Grande Courtade biodiversité

La haute valeur environnementale (HVE) est une reconnaissance officielle créée par le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt de la performance environnementale des viticulteurs et des agriculteurs.

Elle s’appuie sur des indicateurs de performance environnementale qui portent sur l’intégralité de l’exploitation. La certification porte sur 4 critères :

– la biodiversité de l’exploitation (haies, bandes enherbées, arbres, fleurs, insectes…),

-le faible recours aux intrants phytosanitaires, aux engrais et

– la préservation de la ressource en eau.

– Ainsi, la pression des pratiques agricoles sur l’environnement (air, climat, eau, sol, biodiversité, paysages) est réduite au minimum.

Il est applicable à tous types d’exploitation : agricultures spécialisées et polycultures. La HVE concerne l’ensemble de l’exploitation et porte uniquement sur les aspects environnementaux et non sur l’ensemble des trois piliers du développement durable.

LES WAGONNETS, la marque de fabrique Famille Fabre

Vendanges Languedoc

L’esprit inventeur de la Famille Fabre est bien illustré par la création de wagonnets qui respectent la qualité des grappes : de la souche à la cave, elles ne sont transférées dans aucun autre contenant, opération qui risquerait de les dégrader. Formant un petit train, les wagonnets de petite ca- pacité (700 kilos), montés sur pneus, permettent de verser les raisins entiers dans les cuves, afin de favoriser la macéra- tion carbonique, gage de concentration aromatique.

BIO, AU DELÀ DE LA CERTIFICATION

Boutenac

L’ensemble du domaine est cultivé en agriculture biologique certifiée par Ecocert. En 2014, il obtient également le label Haute Valeur Environnementale (HVE) niveau 3 (le plus élevé). Mais le travail est loin de s’arrêter là. En effet, plus que la recherche d’une certification à appo- ser sur une étiquette, la Famille Fabre cherche à être en lien profond avec la nature, fidèle à la maxime du château « Une vigne a ce qu’elle a donné, elle doit ce qu’elle a reçu ».

Les vignes sont enherbées une grande partie de l’année, avec des espèces végétales diverses, afin que les besoins en azote soient fournis par le milieu naturel.
Le travail entre les ceps est réalisé avec différents outils choisis selon les saisons et les circonstances pour ne jamais perturber les sols en profondeur. La fertilisation favorise une nutrition régulière de la plante et donc un équilibre perma- nent. Différentes dispositions tendent à l’augmentation de la biodiversité comme le maintien ou la plantation de haies en bordure des parcelles.

La biodiversité, une priorité

La nature pour conviction

Famille Fabre, agriculteur engagé: Bio depuis 1991, mais pas seulement!

Notre entreprise prend au sérieux la compensation de son impact carbone, et a lancé des projets concrets sur plusieurs domaines. Nous avons accompagné un projet d’aménagement des rives de l’Orbieu entre le Château de Luc et Château Coulon (Cruscades), grâce à une bonne connaissance terrain de ces zones riveraines de nos vignes.

Nous avons aussi commandé une étude scientifique pour recenser le nombre d’espèces d’oiseaux et d’animaux sur plusieurs lots de parcelles, en bord d’Orbieu à Luc, au niveau des haies de Resplandy à Cruscades, et au niveau des grands champs et de Villemajou (Gasparets ) à Gasparets. L’intérêt est de mesurer l’impact que nous avons sur notre environnement… nous serons heureux de pouvoir vous communiquer les conclusions bientôt!